• Zapoï

Édito de la lettre d'info n°40 - La chasse aux sorcières

Chers abonnés,


Depuis notre dernière lettre d’information, le parlement a mis fin à l’état d’urgence sanitaire : exit les confinements, les restrictions de déplacement, les masques obligatoires…


Cependant, si le conseil scientifique Covid-19 et son président Delfraissy ont été "congédiés", ils ont été remplacés aussi sec par le "comité de veille et d'anticipation des risques sanitaires" dirigé par Brigitte Autran. A lire ce qu’en pensent Gérard Delepine qui la qualifie de "fidèle avocate de l’industrie vaccinale" ou Xavier Bazin qui nous parle de sa "longue histoire d’amour avec les entreprises multinationales qui vendent les vaccins", c’est pas gagné !


De plus, la situation des "soignants suspendus", elle, n’a pas changé. Cela fera bientôt un an que des milliers de personnes sont sans revenus, sans droits aux aides sociales, et sans possibilité de retrouver un emploi car non licenciés. Tout ça car ils ont eu l’outrecuidance de refuser un traitement expérimental - mal nommé "vaccin" - qui ne protège ni de l’infection, ni de la contamination.

On notera le niveau d’injustice et de mépris lorsque le gouvernement français a fait appel à des pompiers européens - possiblement non-vaccinés - pour éteindre les incendies dans le Sud-Ouest, alors que les parias de non-vaxx français, eux, sont toujours "interdits" ! Un recours contre l'obligation vaccinale des sapeurs pompiers a été déposé suite à cette situation rocambolesque.


En cette période de rentrée scolaire, l’inquiétude principale se porte sur les enfants et la pression (voire le matraquage) des institutions et des médias complices qui poussent à les vacciner. Dans ce contexte, le document de l’éducation nationale à destination des enseignants "Mettre en place une activité de découverte de la vaccination en cycle 2 et 3" a choqué beaucoup de parents. Réaction 19 a émis une Mise en demeure au ministre de l’Éducation Pap Ndiaye demandant le retrait sous huitaine de ce document pour atteintes à l’autorité parentale, au secret médical, etc.

Parents, protégez vos enfants de la manipulation et de l’embrigadement en cours !


L’autre priorité d’un pouvoir toujours plus autoritaire et répressif: "faire taire les voix discordantes !" Sinon, comment pourrait-il imposer le narratif d’un "consensus scientifique" en faveur de la vaccination, des masques, des confinements, du flicage numérique... ?


A l’approche de la comparution du Pr. Perronne devant le Conseil de l’Ordre des Médecins, nous dressons une petite liste non-exhaustive des scientifiques, médecins, universitaires et avocats attaqués, harcelés, calomniés parce qu’ils s’opposent à la "Doxa du Covid":


- Pr Christian Perronne, "l'homme qui avait géré les crises sanitaires sous trois présidents de la République successifs" France Soir (voir son CV pour juger des ses connaissances et qualifications en matière de maladies transmissibles et de vaccins). Il est l’auteur de Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ? et Décidément, ILS n'ont toujours rien compris !


- Pr Didier Raoult, 1er épidémiologiste du monde en terme de publications scientifiques. Il a subi des menaces de la part du Pr François Raffi (qui a été condamné). Les attaques institutionnelles et médiatiques contre l’IHU de Marseille n’ont pas cessé depuis l’apparition du covid.


- Pr Jean-François Toussaint. Il a fait condamner Dov Alfon, directeur de publication de Libération, pour diffamation.


- Dr Amine Umlil, spécialiste en pharmacovigilance et juriste, subit une procédure disciplinaire et diverses attaques visant le discréditer et lui nuire (voir France Soir).


- Dr Philippe de Chazournes, attaqué par l’ARS et sanctionné par le Conseil National de l’Ordre des médecins d’un mois d’interdiction d’exercer.


- Dr Grégory Pamart, médecin généraliste. Il est poursuivi l'ordre pour avoir soigné gratuitement un patient atteint de la Covid que son médecin refusait de soigner. (voir "Touche pas à mon doc")

- Les trois médecins savoyards S. Arminjon, E. Kaji, S. Gonnet (voir notre billet sur La Souris Chauve) ont été condamnés par le Conseil de l’Ordre pour s’être exprimés publiquement sur l’hypothèse des antihistaminiques comme traitement possible du covid.


- Vincent Pavan, enseignant-chercheur et président de l’association Réinfo Liberté (voir l’affaire des affiches de Toulouse). Il est sanctionné par son université d’un an de suspension assorti de la privation de la moitié de son traitement pour s’être opposé au port du masque.


- Emmanuelle Darles, maître de conférence et informatique et auteure de Ne touchez pas à nos enfants - Masque, mesures sanitaires, vaccins anti-Covid19 : l'impact chez les enfants est sous le coup de deux procédures disciplinaires de la part de son université. Elle avait remis un rapport (avec V. Pavan) à l’OPESCT (Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques) sur les effets secondaires des vaccins.


- Me Virginie de Araujo-Recchia, avocate qui conteste vigoureusement les mesures "sanitaires". En mars, elle a été placée 72h en garde à vue dans des conditions dégradantes, sans que rien ne lui soit reproché in fine (ni mise en examen, ni placée sous le statut de témoin assisté). Mesure d’intimidation ?


- Me Fabrice Di Vizio, avocat spécialisé en droit de la santé, engagé contre les discriminations et pour la défense des "vaccinés sous contraintes" et des non-vaccinés. Il est visé par une enquête déontologique du Conseil de l'ordre du barreau de Paris. Il a créé l’association Je ne suis pas un danger.


Auxquels vous pouvez ajouter: feu le professeur Luc Montagnier (prix Nobel de médecine), Alexandra Henrion-Caude, Martine Wonner, Louis Fouché (fondateur du collectif Réinfocovid), et tant d’autres… La liste est longue de tous ceux que le pouvoir cherche à réduire au silence.


C’est pas encore Halloween, mais il semble que la chasse aux sorcières prenne actuellement une nouvelle dimension !



Bien à vous.



L’équipe de Relyons

Posts récents

Voir tout

Jeudi 14 juillet 2022 Chers abonnés, Il y a un an, le 12 juillet 2021, Emmanuel Macron prononçait un discours* qui restera funestement dans notre histoire. Ce jour-là, il dévoilait "le plan" qui allai

Mercredi 22 juin 2022 Chers abonnés, Pour Relyons, le moment est venu de se questionner sur l’avenir du projet. Né fin juillet 2021, dans une situation d’urgence (discours du président Macron du 12/07