Ici, nous rassemblons des ouvrages, articles et vidéos qui nous paraissent particulièrement pertinents pour penser la crise actuelle – et au-delà. Vos suggestions sont les bienvenues.

 

Barbara Stiegler: De la démocratie en pandémie. Santé, recherche, éducation

tract Gallimard, janvier 2021, 64 pages, 3,90 EUR

Barbara Stiegler est professeure de philosophie à l'université Bordeaux-Montaigne où elle dirige le master ‘Soin, éthique et santé’. Elle nous livre une analyse percutante de la gestion autoritaire de la crise sanitaire et trace des alternatives démocratiques. Un ouvrage fondamental et accessible pour comprendre les enjeux politiques et sociétaux de la crise. Elle en explique quelques points essentiels dans cette excellente vidéo. Nous vous recommandons aussi cet entretien plus récent (07/2021) sur la situation actuelle.

 


 

Recherches de fond publiées par Laurent Mucchielli, sociologue, directeur de recherche au CNRS :

 

La crise de la Covid a été l’occasion d’un processus historiquement inédit de contrôle de l’information à l’échelle mondiale. Quatre types d’acteurs y ont des intérêts convergents : 1) les gouvernements occidentaux libéraux, 2) le tandem que forment l’OMS et son grand financeur Bill Gates, 3) les « géants du numérique » qui contrôlent les réseaux sociaux mais aussi et de plus en plus 4) les médias.

 

Absence d’enquête de terrain, «people-isation», perte de neutralité au profit d’un genre de militantisme, enquêtes à charge, dépendance totale envers la communication des agences gouvernementales et des industries, le journalisme tel que défini il y a 50 ans dans la Déclaration de Munich est en train de disparaître sous nos yeux, éclipsé par un «fact-checking» général aussi superficiel que biaisé.

A en croire le discours politico-médiatique, seule la vaccination protègerait de l’épidémie et permettrait de «retrouver une vie normale». Or les campagnes vaccinales ont débuté depuis plus de 6 mois dans le monde. Délai trop court pour évaluer pleinement l’impact de la vaccination sur les formes sévères, mais qui suffit déjà à montrer que le «passe sanitaire» n’a pas de fondement épidémiologique.

La volonté politique d’imposer une obligation vaccinale est une chose. La compatibilité de cette volonté, même traduite par une loi, avec l’ordre juridique en est une autre. Le projet de loi actuel porte atteinte à l’un des piliers de l’éthique médicale consacré par un grand nombre de dispositions juridiques dont celles de l’Union européenne ne sont pas des moindres.

Par Philippe SEGUR, professeur de Droit public à l'Université

Dans cet entretien, le toxicologue Jean-Paul Bourdineaud conteste la supposée toxicité de l’hydroxychloroquine et de l’ivermectine, explique la raison de leur bannissement, et développe la notion de controverse scientifique ; il met en lumière le rôle des conflits d’intérêts et le problème de l’évaluation des risques par les agences de régulation, qui ont abouti à l’unique solution vaccinale.

Dans la suite (et fin) de cet entretien, le toxicologue Jean-Paul Bourdineaud montre qu’il convient de vérifier les dires des auto-proclamés « vérificateurs de faits », il explique ses doutes raisonnables quant à la vaccination et au sésame sanitaire, et il réfléchit à des approches vaccinales plus intelligentes et plus sûres.

Passe sanitaire, quelle surveillance à redouter?

Les critiques du passe sanitaire dénoncent unanimement un « danger autoritaire ». Assez justement, la CNIL elle-même présente ce danger comme « le risque d’accoutumance et de banalisation de tels dispositifs attentatoires à la vie privée et de glissement, à l’avenir, et potentiellement pour d’autres considérations, vers une société où de tels contrôles deviendraient la norme et non l’exception ».

L’association La Quadrature du Net promeut et défend les libertés fondamentales dans l’environnement numérique.

Interview de Louis Fouché: L'industrie pharmaceutique est rodée à la fabrique de l'ignorance

L’Impertinent, 20/08/2021

Louis Fouché était médecin-anesthésiste réanimateur à l’AP-HM de Marseille il y a encore quelques jours, jusqu’à ce que ses positions face aux décisions du gouvernement Macron lui coûtent son poste. Il a été parmi les premiers professionnels de la santé à dénoncer les incohérences de la stratégie sanitaire durant la pandémie de Coronavirus. Il est également porte-parole de Réinfo Covid, un collectif de chercheurs, d’universitaires, de médecins, de soignants, d’enseignants, d’entrepreneurs, d’artistes, de parents et de citoyens qui questionnent la politique sanitaire et cherchent à rouvrir l’espace de débat démocratique, mais pas que. Il nous fournit sa grille de lecture et les solutions qu’il entrevoit pour le futur.

Médias français, qui possède quoi?

Qui possède les grands titres de presse aujourd’hui ? Infographie très instructive publiée par le mensuel ‘Le Monde Diplomatique‘, mise à jour régulièrement.

Techniques de vente. "Bidouillages publicitaires" : quelques "astuces" bien connues, utilisées pour présenter les vaccins contre la Covid-19 comme étant efficaces contre les formes "graves" de la Covid-19

Dans la continuité de ses réflexions et de ses formations destinées notamment au public, le CTIAP (centre territorial d’information indépendante et d’avis pharmaceutiques) du centre hospitalier de Cholet propose de vous expliquer certaines méthodes, bien connues, qui semblent avoir été utilisées pour présenter les vaccins contre la Covid-19 comme étant efficaces, de façon certaine, contre les formes « graves » de la Covid-19.

Information et désinformation, une histoire de contrôle !

par Reinfo Covid, 01/11/2021

La Trusted News Initiative (TNI), « Initiative pour une information fiable » a été lancée en 2019 dans le but de protéger le public de la désinformation. La TNI comprend les principales entreprises technologiques mondiales (Google/YouTube, Facebook, Microsoft, Twitter) ainsi que les plus grands médias d’information (Agence France Presse,  BBC, CBC/Radio-Canada, Union Européenne de Radio-Télévision (UER), Financial Times, The Hindu, Reuters, l’Institut Reuters pour l’étude du journalisme, le Wall Street Journal). Le but de cette organisation est officiellement de porter « LA » vérité, « SA » vérité.

Covid 19, anatomie d'une crise par Jean-Dominique Michel

Conférence, 1h37

Jean-Dominique Michel est anthropologue de la santé. Il est un des premiers à avoir analysé le décalage entre la réalité de l’épidémie et les discours des autorités politiques et sanitaires.

Grâce à un important travail documentaire, il nous permet de comprendre en quoi les pouvoirs publics ont failli. Au-delà de l’insuffisance criante de moyens, il jettera une lumière crue sur le mal profond qui sape notre système de santé et plaidera pour sa remise à plat. Pour lui, il est temps de bâtir une véritable « démocratie sanitaire ».

Une conférence donnée le 1er octobre 2020 dans le cadre des Grandes Conférences Liégeoises qui reste d’actualité pour comprendre les enjeux de la situation actuelle.

Documentaire ARTE: Big Pharma, Labos tout-puissants

Documentaire (2020) de Claire Lasko et Luc Hermann, 88 min

 

Plus riches et plus puissantes que jamais, les firmes pharmaceutiques orientent la recherche et le remboursement des soins. Enquête sur une industrie hors de contrôle, dont les intérêts ne coïncident pas toujours avec les impératifs de santé publique.

On les surnomme les "Big Pharma" : à eux seuls, les suisses Novartis et Roche, les américains Pfizer et Johnson & Johnson, et le français Sanofi contrôlent la majeure partie de la fabrication de médicaments. Pour conserver leur monopole, ces grands laboratoires minimiseraient, voire occulteraient, certains effets indésirables causés par leurs produits.

Documentaire ARTE: L'OMS, Dans les griffes des lobyistes ?

Enquête de 2016 menée par Jutta Pinzler et Tatjana Mischke, 90 min

L’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) ne serait-elle pas neutre ? L’enquête diffusée sur Arte montre qu’il y a en effet de quoi douter. Pour cause, au cours des trois dernières décennies, la structure internationale a perdu son indépendance financière : Aujourd’hui, ses principales ressources proviennent de plus en plus de fonds privés et d’entreprises dont les intérêts dépendent de ses décisions. De quoi laisser craindre une prise d’influence sur des questions de santé publique.